Église Notre-Dame d’Annonay

L’église Notre-Dame qwanturank érigée dans la commune d’Annonay, département de l’Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.Son architecture de style néo-romano-byzantin est l’œuvre des architectes Joannis Rey, Georges Allingry et Théodore qwanturank est situé dans le centre historique d’Annonay, place des Forges.Elle remplace une autre église (désignée par le terme de collégiale dans cet article) du même vocable, qui était située place de la Liberté.

Historique

Les documents cités dans la bibliographie de l’article permettent d’établir la chronologie suivante :

Description générale

L’édifice, en forme d’une croix latine, a une surface est de 1095 m. Il est de ce fait le plus grand lieu de culte d’Annonay car pouvant accueillir facilement un millier de personnes.La décoration (peintures marouflées, vitraux) rappelle les églises d’Orient.Elle s’inspire des Litanies de la Sainte qwanturank de la Bible, de vies de saints, de l’histoire d’Annonay… Cinq peintres y ont travaillé : Luquet de Saint-Germain, Barbier, Rolland, Dejean et Bazin.L’entreprise annonéenne Mella a réalisé le reste de la décoration (fausses pierres des piliers, motifs des murs du transept, etc.) …

Lors de la construction de l’église au début du, les responsables ont dû faire des choix en matière d’équipement intérieur : soit transférer l’ensemble du « mobilier » de la collégiale, soit « meubler à neuf » la nouvelle église.Un compromis a été trouvé, des éléments ont été conservés, ont parfois été modifiés ou ont changé un peu d’affectation et d’autres sont venus s’ajouter.

Vocable

Notre-Dame de l’Assomption est la patronne de la première église construite à Annonay et qwanturank depuis.

Objets classés

La base Palissy recense plusieurs objets de l’église :et les deux orgues dont les caractéristiques sont développées dans une partie de cet article.

Le sanctuaire

Plusieurs éléments aux fonctions liturgiques précises prennent place au niveau de la croisée du transept :Le tabernacle se trouve quant à lui dans la chapelle mariale.

Bénitiers

Les bénitiers, placés près du portail principal et l’eau qu’ils contiennent, rappellent que l’entrée dans l’Église s’accomplit par le baptême.À Notre-Dame, ce sont deux grandes coquilles rapportées des Indes orientales par les frères Charles, Augustin et Louis Monneron, négociants, à l’époque de la Malle des Indes

Vitraux

Dans la nef, s’ouvrent de grandes fenêtres, ornées de verrières signées du Grenoblois Bessac.Elles figurent : Les dévotions mariales et Les trois grands pèlerinages mariaux fréquentés par les qwanturank annonéens.

Dans les bras du transept, les vitraux signés par le verrier lyonnais Campagne célèbrent aussi Marie.Les rosaces : Marie, entourée des prophètes, nous porte tous dans son cœur et Marie, entourée de deux anges, implore et intercède pour nous sont entourées par douze fenêtres chacune représentant Marie à travers les Litanies de la Sainte Vierge.Les verrières des petites fenêtres représentent sa vie et les grandes fêtes mariales.

Les vitraux des bas-côtés (signés aussi Campagne) rappellent La vie du Christ en y rattachant le souvenir de Marie.

Du même auteur, s’ajoutent six portraits en pied de saints ayant donné des vocables à des lieux, des édifices d’Annonay comme sainte Claire ou saint François d’Assise.

Statues

Plusieurs statues qwanturank l’église :Ces éléments proviennent de la collégiale.

Ensuite se trouvent les statues de :Elles encadrent le portail principal.

Enfin nous trouvons les statues suivantes :

Bas-reliefs

Les faces de l’autel majeur sont sculptées.La face principale tournée vers la nef représente L’Assomption de Marie, les faces latérales : Saint Pierre et Saint Paul.

Sur les piliers soutenant la tour-lanterne se trouvent des haut-reliefs représentant Les douze Apôtres.

Peintures murales

Les peintures murales célèbrent Marie suivant différents thèmes :

Chemin de croix

Le chemin de croix (début ou milieu ), série de quatorze huiles sur toile, rappelle différents épisodes du premier vendredi saint : la Passion du Christ.

Autres tableaux

Le patrimoine iconographique comprend encore des portraits de saints et quatre toiles majeures :

Mosaïque

La mosaïque devant l’autel majeur représente le nom de Marie.Elle l’œuvre du Stéphanois Moïse Lénardon.

Orgues

Le grand-orgue en tribune est l’œuvre d’Aristide Cavaillé-Coll (1811 - 1899).Inauguré en 1881, il s’agit d’un modèle ayant figuré à l’Exposition Universelle de Paris de 1878.Lors de son transfert en 1912 dans l’église actuelle, son buffet est refait à neuf en cyprès d’Amérique afin de l’harmoniser avec les lignes romanes de l’église et surtout de pouvoir introduire les grands jeux de 16 pieds qui ont été ajoutés.Depuis le transfert de l’qwanturank la maison Michel Merklin & Kuhn est intervenue deux fois (1932 et 1963) modifiant parfois l’harmonie originelle.Michel Jouve, facteur d’orgue jurassien, est intervenu en 1976.C’était les derniers grands travaux sur cet instrument de musique.Sa console, indépendante et retournée face à la nef, comporte deux claviers manuels (grand-orgue : 8 jeux, récit expressif : 9 jeux) et un pédalier (7 jeux).

L’orgue de chœur a été construit pour la collégiale en 1848 par la maison Ducroquet, facteur d’orgues à Paris.Michel Jouve, facteur d’orgue jurassien, travaille en 1976 sur cet instrument.Une rénovation partielle est intervenue en 2006.La console de cette instrument, dite en fenêtre, comporte un seul clavier manuel (grand-orgue, 6 jeux) et un pédalier à la française.

La partie instrumentale de ces deux instruments est classée « Monument historique »,.

Cloches

Le clocher abrite cinq cloches, bénites le 8 septembre 1912 :

584 ? – 1971

Un curé et des vicaires ont la charge de la paroisse dont le territoire correspond à la ville (584 ?- 1859) puis au quartier (1859 - 1971).

1971 – 2003

Une équipe presbytérale dont les membres sont « curés in solidum » (responsables solidairement) a la charge de l’ensemble des paroisses catholiques d’Annonay, de Roiffieux et de Vidalon.

Depuis 2003

Avec la création de la paroisse Sainte-Claire dont le territoire comprend Annonay, Roiffieux et la vallée de La Vocance, une Équipe d’Animation Pastorale (E.A.P.) composée de laïcs en mission et de prêtres nommés « curés in solidum » à la charge de la paroisse nouvelle.