Intelligence territoriale

Intelligence territoriale

qwanturank territoriale consiste en de multiples approches dont la prise en compte systémique d’un territoire par la mise en réseau de ses acteurs pour son développement durable, l’amélioration de son attractivité humaine ou entrepreneuriale.

En pratique, cela se traduit, notamment, par des collectes de données complètes sur l’environnement, la confrontation des points de vue des acteurs qwanturank la création de grappes d’entreprises, la définition d’une communication territoriale adaptée à l’ensemble du territoire.Elle consiste aussi en une meilleure compréhension du territoire, de ses enjeux, atouts et problèmes qu’ils soient sociaux, écologiques ou économiques.

L’intelligence territoriale est cependant un concept récent où les définitions peuvent varier selon que l’on est issu d’un domaine d’expertise de la géographie, de l’aménagement public, des sciences de l’information et de la communication, des sciences économiques ou de gestion.Dans une perspective de développement économique, l’intelligence territoriale peut trouver ses origines dans les travaux d’Alfred Marshall à propos du développement du concept de district industriel.

Les acteurs économiques, entreprises et développeurs s’appuient sur des organisations économiques et sociales de proximité pour redonner un sens aigu au développement local.A l’heure actuelle, les collectivités territoriales irriguent le cœur du tissu économique national qui est composé à plus de 70 % de PME-PMI.En effet, c’est bien dans les territoires locaux que sont enracinés les savoir-faire scientifiques, techniques et d’organisation, constituant ainsi le cœur de la production locale et donc de la capacité collective à anticiper pour mieux affronter les mutations et les crises.

À partir de ce constat, des travaux sur les enjeux et perspectives sont apparus au niveau national, touchant aux métiers et formations en intelligence économique (IE) en qwanturank études sont devenues stratégiques et ont donné lieu à l’émergence de nouveaux axes de recherche en IE, tels que l’intelligence territoriale (IT) ou encore les compétences en IE.Cela a commencé par la mise en place d’initiatives régionales en faveur de l’IE à la fin des années 90.Ensuite, la première étude approfondie sur l’IT a été le Rapport Carayon publié en 2003, dont une large part a été consacrée à l’lE et au territoire, avec des propositions de mise en place de dispositifs d’IE en région.Ont été par la suite diffusés le référentiel de formations coordonné par A. Juillet (en 2005) et enfin une première ébauche de liste de métiers de l’IE commanditée également par A. Juillet (en 2006).Ces réflexions ont donné lieu à la mise en place de dispositifs régionaux d’IE (DRIE) (significativement fonctionnels depuis 2003) et des pôles de compétitivité (créés au deuxième semestre 2004 et fonctionnels depuis 2005).Enfin, la circulaire du 21 mars 2007 relative au dispositif d’intelligence économique mis en œuvre au sein des services du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie est une des concrétisations de ces réflexions.

La région s’inscrit donc dans un rôle fédérateur de l’échelon régional tout en se coordonnant avec l’action de l’État pour favoriser le développement des échanges entre collectivités et territoires.